Comment ai-je trouvé un financement pour ma Thèse en France ? (1/3 - Le contexte)


@ Bakari M. Saidi - Pixabay

Bien des personnes m’ont posées cette question. Ce qui m’a le plus marqué est que cette préoccupation concerne tout autant les jeunes étudiants étrangers, surtout africains que les jeunes français désireux de s’engager dans la voie de la Recherche après le Master 2…

L’objet de cet article est de partager une expérience personnelle dans le but de donner quelques pistes à tous ceux et toutes celles qui sont désespérément en quête de financement pour leur projet de Thèse ou tous ceux et celles qui souhaitent simplement poursuivre en doctorat après leur Master 2.

J’aimerais préciser une fois de plus qu’il s’agit là d’un partage d’expérience parmi tant d’autres, sans doute plus enrichissantes les unes que les autres. Si je puis m’exprimer ainsi, la singularité de mon cas se trouve dans le fait que j’avais été admis à m’inscrire en Thèse avant d’avoir eu la moindre confirmation de ce que j’obtiendrai financement et sans doute par le fait que la validité de mon séjour en France tirait inexorablement vers son terme.

Cette situation administrative m’amène à situer le contexte et de me présenter de manière assez succincte : Je suis Camerounais. J’étais arrivé en France en Septembre 2016 avec la volonté ferme de faire une Thèse en Sciences de Gestion car je venais d’un cursus d’École de commerce validé à l’ESSEC de Douala au Cameroun et qui m’avait conduit dans une spécialisation à l’Ecole polytechnique de l’ULB en Belgique. J’arrivais donc de Bruxelles lorsque je fus accueilli au Mans par le bureau des jeunes de l’AECM de l’époque à qui j’adresse d’ailleurs mes sincères remerciements…ce n’est pas l’objet et surtout ne me demandez pas pourquoi j’étais venu en France - ce serait une autre histoire.

Pour m’assurer une présence légale en France, j’avais joué sur deux fronts. En effet, pendant que j’attendrais le retour de l’école doctorale pour le projet que j’avais soumis alors que j’étais encore sur le sol Belge, j’avais décidé de m’inscrire en première année d’un Master de gestion au Mans. Ce qui m’avait permis d’obtenir un visa d’étudiant en France en attendant que l’école doctorale rende son verdict. Hélas ! mon plan fut chamboulé par le rejet de l’école doctorale sur le motif d’une absence d’un plan de financement fiable à mon projet. Il fallait prendre une décision. Après un séjour de deux mois au Cameroun, je décidais de revenir en France et poursuivre cet autre Master dont j’avais obtenu l’admission au Mans. Tout au long de ce cursus j’ai combiné mes études avec tous genres de petits jobs imaginables, de l’animateur périscolaire au préparateur de commande et cariste, en passant par aide cuisinier, animateur commercial et autre enquêteur dans les trains. Au bout de deux ans donc (encore) je devais valider ce master par un stage en entreprise… ça aussi se fut une autre paire de manches que je vous épargne de commentaires. Toujours est-il que j’obtiens mon stage en avril 2018 de manière tout à fait providentielle à la suite d’un désistement d’un camarade de promotion qui avait pris soin de me recommander auprès du directeur. Autant dire que j’arrivais en « kamikaze » dans cette structure qui a néanmoins le mérite de m’avoir réservé un accueil chaleureux. Mais il fallait s’imposer et c’est ce que j’avais fait.

EMA

A lire aussi : Comment ai-je trouvé un financement pour ma Thèse en France ? (2/3 - L’art de la négociation)

About World like Home
World like Home accompagne les étudiants étrangers dans leurs projets d’études en France. Pour en savoir plus: https://www.world-like-home.com/