Trouve le stage, alternance ou travail de tes rêves

Le monde de l’emploi a ses rouages et ses codes dont tout novice, voire même un profil expérimenté, doit s’imprégner afin de nager aisément dans cet océan d’opportunités toutes aussi différentes les unes des autres. Nous allons voir que même si un CV bien fourni et une belle lettre de motivation sont un grand pas vers le job de nos rêves, un bon réseau peut donner un coup d’accélérateur à cette marche vers le bonheur.


photo: référence-media

Que serait la théorie sans pratique si ce n’est un bateau sans gouvernail. La théorie nous indique le chemin à emprunter pour rejoindre l’autre rive, la pratique nous apprend à réellement dompter et maîtriser ce trajet.

Le stage, l’alternance, le travail sont la concrétisation de connaissances théoriques acquises pendant une formation. Théorie et pratique sont indissociables tels le yin et le yang, tels le cheval et sa monture. Bien sûr qu’un cheval peut se monter sans équipement, mais son usage est beaucoup moins optimal, autant pour lui que pour son cavalier de fortune.

La théorie alimente notre savoir et la pratique notre savoir-faire.

Trouver un job, stage, un contrat d’alternance ou un travail requièrent persévérance, motivation et bien d’autres ingrédients à rajouter aux éléments de base de la recette, CV et lettre de motivation.

Bon à savoir:
Si vous provenez d’un pays de l’Union Européenne vous n’avez pas besoin de demander d’autorisation de travail à l’État Français pour faire une alternance en France en tant qu’étranger. En revanche, si vous êtes un ressortissant hors UE, vous devez dans la plupart des cas justifier obligatoirement au préalable d’une première année de formation initiale suivie sur le territoire français avant de pouvoir signer un contrat d’apprentissage et obtenir l’autorisation de travail nécessaire. Bonne nouvelle, depuis le 31 mars 2021 et la mise en application du Décret n° 2021-360 relatif à l’emploi d’un salarié étranger, les candidats étrangers préparant une formation en alternance de niveau Master ou un diplôme de niveau I labellisé par la Conférence des grandes écoles n’ont pas obligation de justifier d’une première année d’étude en France.

Le CV, la porte d’entrée des recruteurs

Le Cv (Curriculum Vitae) est la porte d’entrée des recruteurs dans votre cocon, la vitrine de votre boutique à compétences, la quatrième de couverture du roman de votre parcours professionnel. Un bon résumé donne envie de découvrir le livre tout entier alors sachez raconter de façon synthétique votre parcours.

Un poste identique peut avoir différents intitulés suivant les employeurs, alors pensez à adapter le titre de votre CV afin qu’il corresponde à celui de l’entreprise pour laquelle vous postulez. Idéalement votre CV devrait tenir sur une seule page, faites-le relire pour éviter les fautes de grammaire ou d’orthographe. Parmi les multiples sections dont regorge le CV, voyons ensemble les bonnes pratiques à adopter pour les 3 plus importantes.

1. Les expériences professionnelles

Que ce soit pour un stage, un contrat d’alternance ou un travail, la section expériences professionnelles est la plus importante. Elle doit être soignée.

Lors de sa rédaction, le but étant de donner une vue claire à l’employeur du savoir-faire acquis, il est essentiel de mentionner les informations suivantes pour chacune d’entre elles :

  • le poste / la fonction occupé
  • l’entreprise dans laquelle vous avez exercé ce poste
  • la ville de l’entreprise dans laquelle vous avez travaillé
  • la durée pendant laquelle vous avez occupé ce poste
  • un résumé de vos missions et éventuellement des objectifs atteints

Il vaut mieux ne pas rédiger de phrases complètes dans votre CV. Préférez plutôt l’utilisation de résultats chiffrés, de verbes d’action par exemple « concevoir », « créer », « rédiger », « vérifier », « intégrer »,… ou leurs noms (conception, création, rédaction, vérification, intégration).

Par exemple :
“Ingénieur Sécurité Réseaux (Cisco – Bouygues Telecom - Paris):

Migration architecture existante vers cible, audit et analyse architecture existante : routage et filtrage, rédaction spécifications réseaux architecture cible (OSPF & BGP), traduction règles filtrage Netscreen vers Fortigate, rédaction schémas visios architecture cible”

2. Projets personnels

Suivant votre secteur d’activité, une section projets personnels peut être rajoutée pour montrer votre passion pour le domaine. Par exemple, si vous êtes informaticien, vous pouvez parler du site web vitrine que vous avez vous-même réalisé pendant quelques semaines pour l’auto-entreprise de votre copain plombier ou de votre frère boulanger. Cela montre votre aptitude à analyser et répondre de façon pratique à des besoins.

3. Les centres d'intérêt

La dernière section dédiée à votre personnalité n’est pas sans importance. Bien évidemment si votre expérience n’est que d’un an pour un poste qui en requiert 5, le fait que vous soyez capitaine de votre équipe de badminton du dimanche ne changera pas grand-chose à l’issue de votre processus de recrutement. Ceci dit ces informations personnelles renseignent votre potentiel futur employeur de votre personnalité, avez-vous au quotidien un esprit d’équipe, êtes-vous ouvert d’esprit ? La pratique d’un sport ou l’adhésion à une association peuvent apporter des éléments de réponse à ces questions.

Sur le CV, c’est un fait, certains centres d’intérêt sont plus valorisés que d’autres. Voici quelques exemples de hobbies qui sont en général bien vus par les employeurs :

  • Jouer un instrument de musique : en plus d’être une activité créative, cela demande beaucoup de rigueur et de précision. Des qualités appréciées par les recruteurs !

  • Le volontariat : être bénévole dans un organisme ou une association sera forcément bien perçu par les recruteurs, surtout si les valeurs de générosité et d’entraide sont au cœur de l’entreprise pour laquelle vous postulez.

  • Le sport : si vous pratiquez un sport depuis longtemps cela pourra être apprécié par le recruteur. Un sport d’endurance montrera par exemple votre ténacité tandis qu’un sport d’équipe mettra en avant votre sens du collectif.

  • La photographie : une passion pour la photographie pourra révéler votre sens de l’esthétique et de la composition, ce qui peut être très utile dans certains jobs.

  • La cuisine : grâce à ses valeurs de partage, la cuisine peut être très bien vue par certains employeurs qui recherchent cette qualité chez leurs candidats.-*/

A lire aussi : la culture culinaire et le français

Il existe des outils permettant de créer un CV en ligne en toute simplicité. Nous avons préparé pour vous quelques exemples: CV wizard, CVmaker, Mycvfactory, Canva, CVDesignR, Modèle CV, DoYouBuzz, MonCVparfait, RapideCV, ExpressCV.

La lettre de motivation, appréciée des recruteurs

Complémentaire au CV, la lettre de motivation arrive en deuxième position dans la hiérarchie, avec pour but de déclencher l’envie de rencontrer le candidat. Elle doit être écrite sans fautes de grammaire ni d’orthographe. Elle évoque l’expérience professionnelle ou personnelle du candidat en lien direct avec le poste auquel il postule ou en relation avec l’entreprise (candidature spontanée). Une lettre de motivation dois avoir 4 parties:

Premier paragraphe: Il faut indiquer la raison pour laquelle vous écrivez à l’entreprise. Faites référence à la petite annonce à laquelle vous répondez et mentionnez le poste sur lequel vous souhaitez être recruté. Expliquez au besoin pourquoi vous envoyez une candidature spontanée. Si vous écrivez sur recommandation d’un salarié de l’entreprise, mentionnez-le à ce moment-là.

Second paragraphe: Soulevez votre parcours académique ou professionnel en lien direct avec le poste. Pour réussir ce paragraphe, examinez attentivement l’annonce à laquelle vous répondez. Et tâchez d’y inclure les compétences demandées. Par exemple, s’il est demandé de l’autonomie, montrez qu’il s’agit d’un de vos points forts.

Troisième paragraphe: L’ enjeu est de dire en quelques lignes ce qui vous attire dans l’entreprise en question. N’hésitez pas à vous documenter sur celle-ci en amont.

Quatrième paragraphe: Dans cette dernière partie, il faut préciser que vous êtes à la disposition du recruteur pour le rencontrer. Elle précède la traditionnelle formule de politesse.

Même si le candidat doit montrer qu’il a confiance en lui, il ne faut pas trop en faire et donner l’impression d’un candidat hautain qui a une haute estime de lui-même. Sauf si les prétentions salariales sont demandées dans l’annonce, il est plus judicieux de ne pas mentionner le salaire dans la lettre de motivation.

A lire aussi: Votre lettre de motivation pour Campus France et les universités ! (commentés et corrigés)

Où postuler ?

De nombreuses solutions web existent pour servir d’interface de recrutement. Les plus connues sont entre autres pôle emploi, indeed, job rapido et pour les cadres l’apec ou cadre emploi. Les entreprises y disposent d’un espace où ils publient des offres, il vous suffit d’un CV et d’une lettre de motivation pour postuler.

Un canal à ne pas négliger, c’est la candidature spontanée. Qu’elle soit faite en ligne ou au travers d’une rencontre physique dans les locaux de l’entreprise, elle montre une forme d’audace, de motivation et surtout un intérêt prononcé pour l’entreprise.

A lire aussi : “N’ayez-pas peur d’envoyer vos CV aux boîtes qui ne recrutent pas”

Et le réseau alors?

On estime que seules 50% des offres d’emploi environ sont accessibles aux candidats par l’intermédiaire des sites d’emplois et des cabinets de recrutement, un chiffre assez surprenant mais démonstratif de l’intérêt et de la puissance du réseau dans le monde de l’emploi.

Dans un contexte toujours plus élevé de concurrence, face à des montagnes de candidatures, le recruteur peut privilégier des personnes avec qui il a travaillé. Ou encore, des profils qu’il a vus sur les réseaux sociaux dits professionnels, viadeo, linkedin, pour ne citer que ceux-là. Pour mettre toutes les chances de son côté et espérer décrocher l’emploi de ses rêves, il devient crucial de réseauter.

Même si les relations proches, votre environnement privé type famille, représentent une bonne base de votre réseau, vous contenter de cela vous fera un réseau limité car dans ce cercle fermé et restreint circule souvent les mêmes informations connues de tous. Au-delà de sa sphère privée, existent une multitude d’opportunités d’extension de son réseau. Comment y accéder en dehors des mises en relations ou des rencontres physiques ? En participant par exemple à des groupes métier traitant de l’actualité d’un secteur, des évolutions d’une profession, d’intérêts propres. Ces groupes où se retrouvent de nombreux experts et influenceurs sont des lieux de rencontre incontournables des réseaux sociaux professionnels et du web. Rien de tel pour se rendre visible, échanger de l’information et des pratiques professionnelles ET se tenir au courant des opportunités « cachées » du marché de l’emploi.

Une nouvelle tendance consiste à faire appel directement à son réseau sur LinkedIn voir Facebook dans la recherche du stage, travail ou alternance. Une étude publiée le 17 juin 2015 par l’Insee, portant sur l’année 2013, montre qu’un candidat sur trois utilise les réseaux sociaux pour trouver un emploi.

On se souvient tous de l’histoire de Bamba Niang, un jeune sénégalaise avec 3 master mais au chômage. Son attestation provisoire de séjour arrivait à expiration. S’il ne trouve pas un emploi, il sera expulsé du territoire français. Grâce à Konbini news, Jean-Rottner, président de la région Grand Est, lui a tendu la main.

A lire aussi : Ils ont étudié en France. Et après?

L’entretien d’embauche

Si vous êtes arrivés à ce stade, vous avez sûrement réussi l’étape de l’entretien téléphonique. En réalité, cet entretien téléphonique est assez souvent une première rencontre entre le candidat et le recruteur, avec pour but de vérifier la concordance entre le CV et la personne, et amorcer les prémices de l’opération séduction au travers de quelques questions relatives au poste à pourvoir. Votre profil intéresse donc cette entreprise. A quel pourcentage ? Difficile à dire. Ce qui est sûr c’est que votre CV a non seulement retenu l’attention mais en plus votre présentation téléphonique était convaincante et en accord avec ce dernier. Vous avez donc toutes vos chances, même si le plus dur reste d’assurer au cours de cet échange physique.

Même si une tenue et une apparence soignées ne valent pas spécialement des points en plus, le contraire vous désavantagera. Ne soyez surtout pas en retard, ça sera sûrement perçu comme un manque de sérieux et de fiabilité. Vous renseigner sur l’activité, l’historique de l’entreprise, montrera votre intérêt pour le poste. Si jamais lors de votre entretien téléphonique vous avez eu du mal à bien répondre à certaines questions, essayez de trouver les bonnes réponses ou si votre interlocuteur a fini par vous les donner, mémorisez-les car parfois certains employeurs vous posent les mêmes questions une nouvelle fois en entretien pour tester votre sérieux. Suivant le poste auquel vous postulez, une partie des questions qui vous seront posées peuvent se trouver sur internet, alors n’hésitez pas à vous entraîner à y répondre à l’avance. Vous débuterez l’entretien plus confiant et cela pourra réduire la dose de stress qui accompagne assez souvent ce genre d’évaluation. L’humilité doit faire partie de votre bagage ce jour-là. Sachez avouer ce que vous ne savez pas, il n’y a rien de plus agaçant qu’un collaborateur incapable d’honnêteté. Vous serez vu comme quelqu’un de peu fiable, quelqu’un qui dit savoir faire une tâche, en prendre la responsabilité pour au final décevoir l’équipe toute entière.

A lire aussi : “Quand on ne connaît pas, on ne connaît pas”

L’histoire de cet ami qui a eu un poste avec un très bon salaire me revient en tête. Pendant l’entretien, il a prétendu maîtriser certains logiciels alors qu’en réalité il n’en était rien. Un mois plus tard, ses collaborateurs se rendent compte qu’il avait menti. Son contrat de travail a été arrêté immédiatement pour faute grave, confiance brisée.

Dans de pareilles circonstances, il est capital de dire la vérité, en y rajoutant une dose de pragmatisme. Au lieu de mentir, vous pouvez dire « ce logiciel je connais, celui-ci je ne connais pas, mais j’apprends suffisamment vite pour monter en compétences en 2 ou 3 semaines et être complètement opérationnel ».

A lire aussi : L’entretien n’est pas un interrogatoire, c’est un échange que vous menez!

Dites-vous que les personnes en face de vous doivent juger si vous feriez un bon collaborateur au quotidien. L’assurance c’est bien mais gardez vous bien de ne pas tomber dans un excès de confiance en soi qui pourrait vous induire à être perçu comme hautain. Au courant de l’échange, faites preuve de dynamisme dans chacune de vos interventions. A la fin de l’entretien, n’hésitez pas à réitérer votre engouement et votre motivation pour le poste afin de laisser une bonne dernière impression. Faute de réponse rapide, n’hésitez pas à relancer poliment par mail les recruteurs pour leur signifier de nouveau votre intérêt pour le poste. Dans le pire des cas, vous ferez face au même bruit du silence sûrement prévu.

Négociation salariale

On ne va pas se mentir, pour se lever chaque matin peu importe la météo et aller travailler, l’une des source de motivation est la rémunération. Selon sa valeur, elle peut faire office de compensation pour les stagiaires situés au bas de l’échelle, ou de récompense pour les cadres qui bénéficient du milieu voire du haut du panier selon leur expérience.

Les entreprises n’existent et ne perdurent que si elles ont un modèle économique viable qui leur vaut un bilan comptable positif. Vous l’aurez compris, la proposition salariale qui accompagnera votre potentielle embauche sera rarement la plus haute. A vous de défendre vos intérêts et d’obtenir la proposition qui vous semble la meilleure selon votre profil. Toutefois, selon votre expérience et votre poste, les marges de négociation peuvent être fines.

Il est évident que négocier sera plus simple pour un profil expérimenté qu’un profil débutant dont l’efficacité et l’expertise pourra facilement être remise en question. Pour chaque offre d’emploi, les entreprises prévoient une fourchette de rémunération.

Afin d’obtenir satisfaction de cette négociation, quelques actions clés sont nécessaires.

1. Déterminer ses prétentions salariales

Avant tout entretien de recrutement, il est nécessaire d’anticiper la question de la rémunération. Vous avez répondu à une offre car vous pensez avoir les compétences requises pour la mission. Vous avez donc une idée – plus ou moins précise – du niveau d’augmentation nette que vous souhaitez obtenir par rapport à votre dernière rémunération, sauf s’il s’agit de votre premier poste. Plutôt qu’un chiffre précis, fixez-vous une fourchette salariale claire : estimez le salaire minimum pour lequel vous accepteriez la mission, et le montant maximal auquel vous pensez pouvoir prétendre.

A lire aussi : Quel diplôme d’ingénieur faut-il obtenir pour être le mieux payé?

Pour être certain de proposer un montant cohérent, renseignez-vous sur les salaires du marché en consultant les études de rémunérations publiées par les cabinets de recrutement ou en sondant des cadres de votre réseau.

2. Rester ouvert aux arrangements proposés et aux conditions de travail

La négociation ne concerne pas que l’aspect financier, vous pouvez négocier des avantages également, une voiture de fonction, une formation professionnelle, etc. Par exemple, si votre domaine c’est la grande distribution alimentaire ou les usines aux horaires parfois difficiles, vous pouvez négocier un choix aménagé de vos horaires. Si vous êtes cadres, vous pouvez négocier des jours de télétravail par exemple, ou un pourcentage supérieur de remboursement sur certains de vos frais.

3. Prendre en considération les bonus

Un salaire ne se négocie pas sans connaître l’ensemble des bonus qui viennent s’ajouter à la rémunération annuelle de base : treizième mois, primes, participation, intéressement lié au chiffre d’affaires etc. La prise en compte de tous ces éléments vous permettra à la fin du processus de conclure un accord satisfaisant avec votre nouvel employeur.

Le Cas des étrangers

C’est l’OFII qui gère la procédure d’autorisation d’embauche d’un salarié étranger hors EEE. En contrepartie, une taxe doit lui être versée par l’entreprise. Pour les contrats de travail à durée déterminée compris entre 3 et 12 mois, l’entreprise paie :

  • 72 euros pour un recrutement dans le cadre spécifique des jeunes professionnels.

  • 74 euros pour un salaire inférieur ou égale au SMIC (soit 10,48€ brut par heure depuis le 1er Octobre 2021),

  • 210 euros pour un salaire compris entre 1 SMIC et 1,5 SMIC,

  • 300 euros pour un salaire supérieur à 1,5 SMIC,

Pour les contrats de travail d’une durée supérieure à 12 mois, l’entreprise paie une somme équivalente à 55% d’un mois de salaire brut dans la limite de 2,5 SMIC.

Cette taxe est payable par l’entreprise dans les 3 mois suivants la délivrance des autorisations de travail nécessaires. La loi oblige l’entreprise à payer la taxe OFII, pas les candidats.

Afin d’obtenir le changement de statut d’étudiant à salarié l’intéressé doit présenter un contrat de travail en relation avec sa formation. Il doit justifier également une rémunération d’au moins égale à 1,5 fois le SMIC. La situation de l’emploi n’est dans ce cas pas opposable.

A lire aussi : Changement de statut des étudiants étrangers

Les premiers jours au travail

Une fois le contrat signé, la période d’essai terminée si vous occupiez un poste précédemment , il est temps de rencontrer vos nouveaux collègues. Afin de commencer au mieux votre nouveau job, quelques petites règles peuvent vous aider.

La ponctualité n’est pas juste souhaitable, elle est essentielle.Tout le monde ne sait pas qui vous êtes lorsque vous arrivez. Encore plus dans les grandes entreprises. Prenez le temps de vous présenter à vos collègues proches et votre service si votre manager ne le fait pas. Vous devez faire preuve d’ouverture, ainsi si l’on vous propose un lunch à midi pour faire connaissance, mieux vaut ne pas refuser, cela pourrait être mal interprété. La pause-café est aussi une excellente occasion pour sympathiser et en apprendre davantage sur vos voisins de bureau. Tout comme l’afterwork qui offre une possibilité de discuter dans un cadre plus décontracté.

Restez humble, et ce, peu importe le poste que vous venez d’intégrer. Prendre les gens de haut en montrant toute l’étendue de votre savoir risque d’agacer, voire d’attirer la jalousie. Qui plus est si vous êtes « à jour » dans votre domaine et que vos collègues travaillent à l’ancienne, tâchez dans un premier temps de respecter leur façon de faire sans la commenter. Vous aurez tout le temps de leur montrer votre manière de travailler en leur exposant les avantages qu’ils peuvent en tirer. Ne partez pas en premier, cela peut sembler anecdotique, mais pas en termes d’image. Le premier jour, vous devez éviter d’être le premier employé à quitter les lieux même si vous avez effectué le nombre d’heures requis. Cela ne signifie pas non plus que vous devez être le dernier, il convient d’observer les habitudes des uns et des autres afin de démontrer que vous prenez votre nouveau job avec sérieux.

Bonne chance pour ton nouveau contrat, ton prochain entretien, n’hésite pas à nous en parler en commentaire :slight_smile:

Ludovic Tchoupe,

aka Tramel

About World like Home

World like Home accompagne les étudiants en mobilité dans leurs projets d’études en France. Pour en savoir plus: https://www.world-like-home.com/

1 Like