"On a des difficultés, on les affronte" - déstresser dans une tombe - Adoptez un étudiant international à Noël

1. « On a des difficultés, on les affronte »


Une salle de classe à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, le 30 mars 2018 afp.com/STEPHANE DE SAKUTIN

Au premier jour de sa visite dans sa ville natale, Emmanuel Macron a cherché à convaincre les jeunes d’« être quand même positifs et (d’)avancer ». « On a des difficultés, on les affronte. Est-ce qu’elles sont impossibles à affronter? Pas du tout! Est-ce que les choses vont moins bien qu’il y a 20 ans sur tous les sujets? Faux! ».

Il a toutefois reconnu que l’acte désespéré d’un étudiant de 22 ans, qui a tenté de s’immoler par le feu à Lyon, illustrait « les difficultés » de certains étudiants « pour se loger, se chauffer, parfois se nourrir ».

En savoir plus

« Près de quatre étudiants sur dix perçoivent une aide, c’est beaucoup », souligne Monique Ronzeau, présidente de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE). Selon cet organisme, un étudiant sur deux dit avoir dû se restreindre au moins une fois depuis le début de l’année en raison de difficultés financières.

L’OVE note également qu’en 2016 près d’un étudiant sur deux (46% des étudiants) avait une activité rémunérée en plus de ses études. Ce phénomène est notamment dû à la hausse du coût de la vie estudiantine qui accentue la dépendance familiale.

Après l’immolation d’un jeune homme à Lyon,comment répondre à la précarité étudiante? La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé mardi sur RTL la création d’« un numéro d’appel (…) au plus tard d’ici la fin de l’année » pour accompagner les étudiants en difficulté. Les jeunes devraient ainsi pouvoir « prendre un rendez-vous », « avoir accès à une assistante sociale » plus facilement, a-t-elle précisé.

2. Les étudiants disent adieu au stress — dans une tombe !

image
Une université a trouvé un bon moyen de chasser le stress de ses étudiants lorsque la période des examens arrive : la tombe de méditation. Sous cette idée totalement farfelue se cache en fait une réelle thérapie. Le projet a pour but de symboliser la mort par le biais de la tombe pour qu’en y descendant, l’étudiant visualise la vie et sa fin et qu’en y sortant il réalise qu’il est temps de trouver du sens à sa vie et d’en être reconnaissant. Un bon moyen de dire adieu au stress de façon définitive !

En savoir plus
http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/une-universite-neerlandaise-invite-ses-etudiants-a-destresser-dans-une-tombe.html

3. Adoptez un étudiant international à Noël


Chambéry accueille tout au long de l’année près de 1500 étudiants internationaux pour suivre leurs études à l’université ou dans des établissements supérieurs de la ville. Au moment des fêtes de fin d’année, certains d’entre eux venants de très loin n’ont pas toujours l’opportunité de rentrer voir leur famille.

Pour cela, la Ville de Chambéry & l’Université Savoie Mont Blanc s’associent depuis une dizaine d’années pour permettre à ces étudiants de passer Noël au sein d’une famille chambérienne : c’est le Noël Partagé.

En savoir plus

About World like Home
World like Home accompagne les étudiants étrangers dans leurs projets d’études en France. Pour en savoir plus: https://www.world-like-home.com/