Intégration estudiantine : Pourquoi je ne porte pas le voile!


Credit photo pixabay.com\Anastasiya Babienko

Nous sommes toujours sur notre série sur le voile, l’étudiante et l’intégration. Aujourd’hui, A.S. étudiante marocaine qui ne porte pas le voile a bien accepté de répondre à nos questions.

A lire aussi : Integration estudiantine : Pourquoi je porte le voile!

Etudiante marocaine arrivée en France en 2015, A.S. prépare un master spécialisé en Qualité.

“Tout d’abord je me présente j’ai 23 ans et je suis A.S, je suis marocaine musulmane et j’habite en France, je suis arrivée en France en 2015. Je suis ingénieure industrielle à la base et je prépare un bac+6 MS en Qualité, et je travaille en tant que ingénieure qualité en automobile”

Le choix de la France

A.S. a voulu simplement satisfaire son père, qui a fait ses études en France et a voulu qu’elle aussi puisse avoir un diplôme d’enseignement supérieure français. Apparemment plus vendeur au Maroc.

“Pour être honnête c’était pas mon choix, c’est plutôt le choix de mes parents, mon père a vécu en France et il voulait bien que je continue mes études en France pour avoir un diplôme français, c’est bien réputé chez nous au Maroc.”

Les cheveux, le voile et la séduction

Parce que les cheveux d’une femme sont un symbole de séduction, le voile s’impose comme une obligation religieuse et/ou un marqueur identitaire et culturel.

“Le voile est-il une « obligation religieuse » ou un marqueur identitaire et culturel. De manière générale, il s’agit de cacher les cheveux de la femme, parce que les cheveux féminins sont un symbole de séduction”

Le choix d’être femme musulmane et non voilée

Pour A.S., c’est le service militaire qu’elle a fait qui interdisait le voile pour des raisons de sécurité. Arrivée en France peu après son service militaire, elle a décidé de ne pas porter le voile.

“Non je n’ai jamais porté le voile. J’ai fait des études militaires depuis l’âge de 15 ans, les services militaires et paramilitaires interdisent le voile pour des raisons de préventions et sécurités. Juste après cet engagement, je suis arrivé en France et c’est très compliqué de mettre le voile ici, à l’école et même en entreprise, j’avais des copines voilées.”

Se respecter les unes les autres, voilées ou pas

A.S. reste hésitante quant à savoir s’il faut porter le voile ou pas. Tout en reconnaissant, avec regret, qu’il existe des filles qui portent le voile par pression environnementales , A.S. insiste sur la nécessité de se respecter les uns les autres, la foi, après tout se vit à l’intérieur, et non à l’extérieur.

“Si je parle de moi je respecte ma religion et je veux bien porter le voile et je vais le porter un jour, mais dommage ma situation et mon travail interdisent de mettre ce dernier ; Je connais aussi des copines qui se sont battues pour ne plus porter le voile et je respecte leur combat. Ce que j’aime le plus dans ces discussions, c’est de constater que quand on entre dans un vrai dialogue, on finit toujours par conclure qu’on se respecte les unes les autres, voilées ou pas, ou comme moi encore hésitante. Je pense qu’aucune femme ne devrait se voiler parce qu’elle est sous pression de la religion, mais je pense aussi qu’aucune femme ne devrait renoncer au voile parce qu’elle est sous la pression de son entourage. Le port du voile tel que je le conçois doit être un choix personnel. Le voile ne devrait pas être vu comme une forme de soumission. Pour conclure La foi se vit de l’intérieur et non pas de l’extérieur.”

Et toi, qu’en penses tu, la foi se vit t elle de l’intérieur?

Efuet. And. Atem
Président-Fondateur, CEO
World like Home

About World like Home
World like Home accompagne les étudiants étrangers dans leurs projets d’études en France. Pour en savoir plus: https://www.world-like-home.com/

A lire aussi : Étudiant, réussir son intégration! (0/7)