Algérie : Meryem obtient son visa étudiant après un premier refus pour motif 2!

Les motifs 2, 4 et 5 restent les 3 motifs les plus récurrents des 7 motifs de refus de visa d’études en France. A travers l’histoire de Meryem, je vous livre 3 leçons à retenir pour vos demandes de visa pour étudier en France.


Photo Pixabay

En avril 2021, Meryem* (prénom d’emprunt) reçoit la bonne nouvelle, elle est admise à l’université de Tours, à l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) d’Arts et Sciences Humaines. L’admission en poche, elle doit maintenant affronter la bataille de la paperasse administrative pour l’obtention de son visa étudiant.

Le mail de fin de procédure Campus France réceptionné, Meryem a deux obstacles majeurs qui la séparent de son rêve d’étude en France: 1) Trouver une solution de logement fiable à Tours et 2) trouver le financement nécessaire pour ses études.

Première demande de visa, un refus pour motif 2

En réalité, Meryem a des oncles et frères qui gagnent très bien leur vie en Algérie, mais il était difficile de bloquer les 7 500 euros exigés par l’ambassade de France à Alger en une seule fois. Elle se tourne alors vers une cousine qui habite en Ile-de-France afin d’avoir une prise en charge financière, chose qu’elle accepte de faire, à son plus grand bonheur, et lui fournit l’ensemble de documents nécessaires à la demande de visa.

A lire aussi: Quels documents pour le visa étudiant?

Reste maintenant à trouver un logement sur Tours. Aidée par sa cousine, elle parvient à trouver un bailleur qui accepte de lui faire un bail à distance. Meryem court alors prendre rendez-vous et dépose sa demande de visa étudiant à l’ambassade de France à Alger.

A lire aussi : le jour de ton rendez-vous à l’ambassade!

Environ deux semaines après, en allant retirer son passeport, Meryem découvre à sa plus grande déception, un refus de visa étudiant pour motif 2.

A lire aussi : Comment financer ses études en France ?

Le motif 2, un motif assez courant

Depuis la loi du 7 mars 2016, entrée en vigueur le 1er novembre 2016, les décisions portant refus de visa de court séjour ou long séjour « étudiant, étudiant/concours » sont soumises à l’obligation de motivation. Avant cette loi, les autorités diplomatiques et consulaires n’étaient pas tenues de justifier leur décision, ce qui peut constituer la source de décisions arbitraires ou de dossiers qui ne sont pas traités de façon rigoureuse. L’obligation de motivation exige une réelle étude du dossier, ceci dans le but de traiter tout dossier avec équité.

Le motif 2 fait partie des 7 motifs qu’on retrouve souvent dans les refus de visa étudiant.

A lire aussi : Comprendre les 7 motifs d’un refus de visa étudiant!

Motif no. 2: Vous n’avez pas fourni la preuve que vous disposez de ressources suffisantes pour couvrir les frais de toute nature, durant le séjour en France, ou vous n’êtes pas en mesure d’acquérir légalement ces moyens.

Ce motif est courant et compréhensible. Il est utilisé quand l’étudiant ne présente pas suffisamment d’éléments indiquant de façon fiable qu’il disposera des ressources requises (équivalentes à 615 €/mois) pour au moins une année académique.

A lire aussi: Études en France vous coûte environ 13 000€ la première année!

Le consulat ne prendra pas le risque de permettre l’entrée en France pour une longue période, à des personnes ne justifiant pas de capacités financières. Ce qui est logique dès lors qu’un tel projet nécessite une préparation à tout point de vue y compris financière. Comment payer son logement ? La nourriture et les autres frais d’études ?

A lire aussi : Dépenses mensuelles pour un étudiant

Dans le cas de Meryem comme nous allons voir ci-dessous, ce qui posait problème n’était pas l’absence de ressources en tant que tel, mais plutôt comment justifier la fiabilité de ses ressources auprès du consulat ?!

A lire aussi : Comment justifier tes revenus?

Le problème avec sa cousine était simple: elle venait d’avoir un enfant, elle était en congé maternité. Au yeux de l’ambassade dès lors, ses ressources n’étaient plus fiables dans l’avenir. De plus, elle avait un contrat de location avec un loyer d’environ 500 euros par mois. Il fallait trouver une solution. Retour à la case de départ: rechercher une solution de logement et justifier ses ressources.

A lire aussi : Malgré un premier refus de visa étudiant, je me suis accrochée à ce que je voulais

La deuxième tentative sera la bonne

Grâce à Google, la cousine de Meryem trouve la communauté WlH. Nous avons discuté de la situation de Meryem longuement au téléphone.


Capture d’écran du SMS envoyé par la cousine de Meryem à Andrew.

Heureusement pour Meryem, nous avons un partenaire famille d’accueil sur Tours qui a accepté de l’héberger en cas de visa, et fournit tous les documents nécessaires, dont l’attestation d’hébergement, pour la demande de visa à l’ambassade de France à Alger. Mieux encore, la famille d’accueil me confirme qu’elle peut héberger Meryem le temps de ses études sur Tours, à condition qu’elles s’attendent bien.


Capture d’écran du SMS de notre partenaire Famille d’accueil sur Tours.

Très vite, le problème de confiance sera posé des deux côtés. Notre partenaire qui faisait l’attestation d’hébergement pour la première fois, me demande de la rassurer que la demoiselle qu’elle est censée accueillir vient réellement en France pour des études.

Je demande alors à la cousine de Meryem de nous fournir l’attestation d’admission de Meryem pour que je puisse rassurer notre partenaire sur l’identité de l’étudiante qu’elle va accueillir chez elle en cas de visa.

Côté Meryem aussi, le doute commence à s’installer. Elle se demande si elle peut réellement me faire confiance avec ses informations. Tu sais, pour quelqu’un que l’on connaît sur internet, vaut mieux s’en douter, “prevention is better than cure”, says the Queen.


Capture d’écran de l’échange sms entre Andrew et la cuisine de Meryem

Je parviens finalement à rassurer Meryem et sa cousine, qui finit par m’envoyer l’attestation d’acceptation de Meryem à Université de Tours. Avec cette attestation, je parviens à rassurer également notre partenaire famille d’accueil sur l’identité et le projet de celle qu’elle va accueillir en cas de visa. Notre partenaire transmet alors les documents nécessaires, en plus de l’attestation d’hébergement.

A lire aussi : Bien Comprendre l’Attestation d’Hébergement

Le problème de logement résolu, il restait maintenant celui de ressources. Suite à nos échanges téléphoniques, on avait convenu qu’elle utilise son frère et cousine en Algérie comme garants financiers pour la prise en charge. Elle à donc déposé une deuxième demande de visa fin août 2021, n’ayant pas besoin d’une dérogation de rentrée tardive vu qu’elle était toujours dans les délais autorisés par l’Université de Tours, et sans garant en France, juste deux garants en Algérie.

Environ deux semaines après le dépôt, son visa à été accordé. Sa cousine en région parisienne m’a écrit le 14 septembre pour me confirmer la bonne nouvelle.


Capture d’écran échange WhatsApp entre Andrew et la cousine de Meryem

A lire aussi : le jour de ton départ pour la France!

Nous pouvons tirer 3 leçons de cette histoire:

Leçons no 1: La confiance se construit

Quand la cousine de Meryem m’a contacté, elle avait ce manque de confiance: “c’est quelqu’un que j’ai trouvé sur internet, vaut mieux se méfier". Avec patience, nous avons construit petit à petit cette confiance qui reste primordiale dans toute relation. De même, j’ai dû installer un climat de confiance entre Meryem et notre partenaire famille d’accueil à Tours.

C’est normal d’avoir des doutes, il y a trop d’escrocs dehors, moi même j’ai été victime. Mais il faut toujours laisser la porte ouverte pour que la confiance puisse s’installer et se construire.

A lire aussi : World like Home c’est être soucieux du bien- être de l’autre

Récemment nous avons introduit les appels vidéos pour construire cette confiance encore plus rapidement dans notre processus d’accompagnement d’étudiants.

Leçons no 2: Pas d’obligation d’avoir un garant en France

Nous avons vu que Meryem a eu son visa avec deux prises en charges financières. Ses garants résident tous les deux en Algérie. Nous pouvons donc en conclure que à minima, pour l’Algérie, pas besoin d’un garant habitant en France pour la prise en charge financière.

Celle-ci n’est pas forcément vraie dans d’autres pays. Pour mon cas, en 2014, une prise en charge signée par mon frère aux Etats-Unis avait été refusée parce qu’il n’habitait pas en France. N’hésite pas à nous partager ton expérience en commentaire ci-dessous.

Leçons no 3: Le refus de visa n’est pas la fin du monde

Si je fais une prolongation sur la base de nos chiffres, je dirais que au moins 1 étudiant sur 2 qui demande un visa étudiant pour la France ne l’obtient pas. Un taux de refus encore plus conséquent en Afrique subsaharienne.

Quand ta demande de visa est refusée, reste calme, et essaye de comprendre l’origine du refus. Une fois que l’origine du refus identifiée, corrige la et introduis encore ta demande de visa avec des éléments nouveaux comme Meryem.

A lire aussi : “Dis-toi que rien ne peut t’arrêter et rien ne t’arrêtera”

N’hésite pas à nous dire ce que tu en penses de l’histoire de Meryem. Quelles leçons en tires-tu? Une prochaine étude de cas d’Andry, étudiant malgache qui a eu son visa après deux refus pour motif 5 arrive prochainement.

A lire aussi : Madagascar : Après 2 refus pour motif 5, Andry obtient enfin son visa d’études pour Paris Nanterre!

A+, les amis…

Efuet Atem,
Fondateur, CEO
World like Home

About World like Home
World like Home accompagne les étudiants dans leurs projets d’études en France. Pour en savoir plus: https://www.world-like-home.com/

1 Like

Je retiens qu’elle n’a pas baissé les bras et qu’elle a corrigé les aspects de son dossier qui lui ont valu un premier refus

2 Likes